Négocier à l'amiable avec les créanciers
Pierre, 49 ans : grandes cultures et poulailler en contrat

"Ça fait 17 ans que je suis installé maintenant. Mon exploitation est essentiellement tournée vers la grande culture (céréales, betteraves, un peu de pommes de terre) et un poulailler en contrat.

En 2005 avec la grippe aviaire, j'ai pris trois bouillons à la suite. Mon contrat faisait que j'étais obligé de remplir mon poulailler. Mais avec des cours qui sont tombés à 50 cts / kg, j'ai perdu de l'argent. Comme 3 ans avant j'avais investi dans de l'irrigation plus performante, ça a un peu coincé au niveau des prêts et des factures d'appros. Un copain à qui j'en ai parlé m'a dit que lui 5-6 ans avant, il avait fait appel à Solidarité Paysans pour négocier avec ses créanciers et m'a conseillé de faire pareil.

Une salariée et un bénévole sont venus et on a fait le point de la situation, techniquement, économiquement et surtout des besoins de trésorerie. Comme ça, on a proposé un étalement à la coopérative et un rééchelonnement de certains prêts. Pour moi, sans eux, si j'y allais tout seul, je me serais énervé et fais manger tout cru. Alors qu'avec eux, j'ai pu expliquer ma situation et obtenir un échéancier qui me va, et qui va aussi aux créanciers."

Brèves

L'association m'a apporté une aide précieuse pour aller à la banque et pour rencontrer la MSA car seule je ne m'en sentais pas capable. (SP 01-69)

A lire

Les valeurs de Solidarité Paysans pour l'accompagnement des agriculteurs en difficulté